Aujourd’hui, les entreprises se remettent à ré investir dans les ERP. D’après une étude Microsoft*, un des acteurs sur le marché de l’ERP Cloud, 33% des entreprises ont le projet d’investir dans un nouvel ERP Cloud. Ce projet s’inscrit dans une logique de modernisation et de transformation, notamment de la fonction finance.

Mais déployer un nouvel ERP Cloud, ça veut dire quoi ?

  • Intégrer une technologie moderne dans le paysage existant

La vague d’équipement des ERP a eu lieu il y a 10-15 ans, au début des années 2000. Aujourd’hui, c’est le Cloud qui envahit nos environnements. Le Cloud permet notamment d’avoir une technologie d’hébergement qui simplifie des problèmes d’infrastructure et qui permet d’avoir des applications plus modernes et plus ergonomiques.

  • Configuration plus facile

Qui dit application plus moderne dit configuration plus facile. Le paramétrage est plus facile à mettre en œuvre et le projet est donc moins lourd.

  • Nouveaux usages autour de la mobilité

Certains ERP incluent des réseaux sociaux et également des usages au mobilité, notamment sur des processus du type demandes d’achat et notes de frais par exemple. Ces ERP Cloud sont compatibles avec ce type de processus sur mobile.

  • Mises à jour beaucoup plus fréquentes

Sur le Cloud, un éditeur va mettre à jour beaucoup plus fréquemment ses nouvelles versions. On passe de cycles de migration tous les 2/3 ans à une migration annuelle, dans une nouvelle version.

Qui dit mises à jour plus fréquentes dit accompagnement utilisateur différent !

Déployer un nouvel ERP Cloud, en termes d’accompagnement et de formation c’est :

  • Des délais d’implémentation plus courts

Déployer un ERP Cloud, c’est passer moins de temps au déploiement. En moyenne, aujourd’hui, le déploiement d’un ERP Cloud, c’est un timing de 6 à 9 mois contre 3 ans pour un logiciel on premise.
Par conséquent, les entreprises ont moins de temps à consacrer à la formation et moins de temps pour former leurs utilisateurs à ce nouvel environnement. Résultat de ce constat : il faut donc adapter les formations et faire en sorte qu’elles soient plus courtes.

  • Évolutions et changements plus rapides

Les changements de version de l’ERP sont plus rapides et donc impactent la formation. Il n’est plus question de faire des manuels de 500 pages, des elarning de 30min. Pourquoi ? Car si les changements sont plus rapides, il sera difficile par la suite de réussir à maintenir ces formats. Donc plus question de maintenir des manuels volumineux et des elearning. Il faut un dispositif plus agile tant au niveau des modalités de formation que du contenu de formation qui va être consommé par les utilisateurs de ce nouvel ERP.

  • Un déploiement simultané pour toutes les populations

Au déploiement, l’ERP va être rendu disponible pour tout le monde, au même moment. Il est donc difficile de réussir à former tous ses collaborateurs au préalable. D’autant plus que les méthodes de formation peuvent varier d’un profil à l’autre.
De plus, former l’ensemble de ses collaborateurs à ce nouvel environnement qu’est l’ERP peut s’avérer très coûteux. Il faut recruter des formateurs, faire venir ses collaborateurs au siège etc.

Au final, ce déploiement va s’avérer être un vrai défi humain !! Il est donc indispensable de prendre en compte vos collaborateurs! Ce sont eux les utilisateurs finaux de cet ERP !

Il faut réussir à les former et les accompagner, tout en adaptant la formation à leurs besoins.

Quels sont leurs besoins ?

  • 70% de l’apprentissage par pratique

Nous apprenons majoritairement au travers de nos actions et expériences. HF Spitzer l’avait déjà bien compris en 1939 : au bout d’un mois, nous avons oublié plus de 80% du contenu des formations – traditionnelles – que nous avons suivi ! Par contre, si nous appliquons ces apprentissages dans notre vie de tous les jours, là nous aurons retenu quelque chose. Lorsqu’on déploie un nouvel ERP, les utilisateurs vont suivre des formations sur comment l’utiliser, y saisir des données, etc… mais ce n’est qu’une fois devant leur écran qu’ils vont réagir et essayer de se rappeler ce qu’ils ont éventuellement vu ou étudié en formation

  • Employé moderne & impatient

Votre employé d’aujourd’hui est bien différent de votre employé d’hier. D’après la recherche Bersin, l’employé moderne a soif de liberté, d’autonomie, est impatient et surtout, a peu de temps à consacrer à sa formation !

– Il ne peut consacrer que 1% de son temps par semaine à sa formation et au développement de ses compétences
– Ne peut pas passer plus de 4 minutes devant une vidéo
– Est interrompu toutes les 5 minutes en moyenne

Par conséquent, les dispositifs de formation doivent s’adapter à cette nouvelle façon d’apprendre. Ils doivent être courts, précis et disponibles au bon moment.

*Ebook Microsoft Cloud « L’Adoption de l’ERP et l’enjeu du Cloud pour les entreprises »