Un ERP hybride a bien des avantages mais seulement si celui-ci est bien réfléchi et contrôlé par la DSI ! C’est en tout cas ce que révèle une récente étude du cabinet Gartner. En effet, selon Gartner, 98% des projets ERP hybrides vont échouer d’ici 2018 !

ERP hybride

Le passage d’un ERP On Premise à un ERP hybride (ERP On Premise combiné à des solutions cloud dédiées à des processus métier précis), ne se fera pas sans risque. Selon Gartner, les entreprises auront beaucoup de mal à garder le contrôle sur les coûts et la complexité des processus. D’ici 2018, seule 1 entreprise sur 10 aura mis en place une stratégie d’intégration applicative « postmoderne » !

La raison à de tels chiffres : aucune stratégie de transition ! Toujours selon Gartner, les entreprises ont pris conscience de l’importance de sortir du carcan de l’ERP On Premise mais sans avoir toutes les compétences nécessaires pour conduire ces changements et soutenir cette intégration applicative. Gartner commente que les entreprises pensaient « naïvement que les vendeurs s’en chargeraient » !

Carol Hardcastle, VP Gartner research prévient « This new environment promises more business agility, but only if the increased complexity is recognised and addressed. Twenty five or more years after ERP solutions entered the applications market, many ERP projects are still compromised in time, cost and more insidiously in business outcomes. » (Un ERP hybride apporte plus d’agilité au business mais seulement si sa complexité est anticipée et adressée en interne. Cela fait plus de 35 ans que les ERP sont arrivés sur le marché et encore beaucoup de ces projets sont compromis et ont de grave conséquences sur les délais de projets, sur les coûts et sur la performance de l’entreprise.)

D’ici les prochaines années, 3/4 des firmes vont suivre une stratégie IT bimodale, une erreur selon Gartner. En effet, elles vont couper la poire en deux et se focaliser d’une part sur la stabilité et de l’autre part sur l’agilité : la moitié de ces entreprises n’arriveront pas à gérer la complexité de cette pratique ce qui apportera inévitablement des dysfonctionnements au niveau du système ERP (au niveau architectural et technique). Pour qu’un ERP hybride et postmoderne apporte vraiment de la flexibilité et de l’agilité, les entreprises se doivent d’acquérir de nouvelles compétences et de définir les objectifs de la stratégie IT en fonction de la performance commerciale et l’expérience utilisateur ! Les organisations ne doivent surtout pas succomber à la tentation du Cloud sans s’être préparées au préalable en interne et sans avoir défini une stratégie ERP claire et en phase avec le business.