Voilà des années que tout responsable formation connaît le modèle 70/20/10 : seulement 10% de nos apprentissages proviennent des formations traditionnelles (formation présentielle, module e-learning, serious gaming), 20% de nos apprentissages se font au travers des échanges et de collaboration et 70% de nos compétences et savoir-faire sont acquis par la pratique et l’expérience. Mais voilà, entre la théorie et la pratique, il y a un grand écart : encore aujourd’hui plus de 80% des budgets de formation des entreprises sont investis dans la formation traditionnelle ! Au-delà de la technologie, c’est la culture même de l’entreprise qui doit s’adapter aux besoins d’apprentissage des collaborateurs… Les entreprises doivent prendre la virage du Serial Learning !

C’est quoi le Serial Learning ?

Le Serial Learning prend ses racines dans le mot Serial Killer, comme le confesse le cabinet Infhotep (Tous serial learners, dans une entreprise ouverte et apprenante) qui est à l’origine de ce nouveau « buzzword ». Face aux transformations des entreprises, aux réorganisations et à l’agilité que souhaitent mettre en place les entreprises, les collaborateurs se doivent de développer continuellement de nouvelles compétences. Cette nouvelle espèce de talent a un nom : le Serial Learner.

Pour être un bon Serial Learner, il faut développer cinq qualités :

  • – la proactivité
  • – la sociabilité
  • – la capacité d’apprentissage
  • – le sens du partage
  • – le pragmatisme

Mais pour bien développer ces qualités, il est primordial que les entreprises et les DRH développent un environnement adéquat et propice à l’apprentissage de chacun : elles doivent adopter le Serial Learning et mettre en exécution une stratégie d’apprentissage 70/20/10 !

serial-learner-infhotec

Quels sont les bénéfices du Serial Learning pour l’entreprise ?

Comme le rappel Infhotec, 80% des bouleversements, des changements majeurs dans les métiers des entreprises ont pour origine le digital. Cette digitalisation, au-delà des aspects technologiques et culturels, nécessite de faire évoluer les compétences et les métiers des collaborateurs. La réponse doit être globale, ne pas simplement venir des services Formation : grâce au Serial Learning, cela est possible. En recentrant les efforts sur la montée en compétences de ses collaborateurs, l’entreprise concilie objectifs collectifs et besoins individuels : elle se focalise sur le développement des cinq qualités des Serial Learner pour faire de ses collaborateurs des atouts dans sa transformation digitale.

Le Serial Learning influe à différents niveaux sur l’entreprise :

  • – Agilité :  les Serial Learners, de par leur proactivité, connectent l’entreprise à son ecosystème et lui permet de s’adapter davantage à son environnement. L’organisation, plus agile, détecte plus rapidement les besoins de formation et déploie plus rapidement des réponses à ces demandes. Un duo gagnant-gagnant, les collaborateurs sont plus autonomes et polyvalents et l’entreprise gagne en agilité et se perfectionne.
  • – Esprit d’innovation : les Serial Learners ont soif de connaissances, de nouveautés et d’échanges. Autant de dispositions qui permettent de faire émerger au sein des entreprises de nouvelles idées, de nouveaux concepts et de nouvelles pratiques.
  • – Gains économiques : En combinant apprentissage formel (formation traditionnelle : 10% de notre apprentissage) et apprentissage informel (collaboratif et pratique : 20% et 70% de notre apprentissage), le Serial Learning génère des gains économiques pour toute l’organisation. Dans un tel mode de fonctionnement, la formation s’intègre au temps de travail des collaborateurs, elle se focalise sur des formats plus courts avec des objectifs de résolution de problèmes. On parle ici bien souvent de just-in-time learning ou encore ePSS (electronic Performance Support System) : les collaborateurs apprennent au moment où ils en ont besoin, sur des sujets précis et à la demande. On ne leur impose plus des heures de formation présentielle, sur des sujets variés qui ne répondent pas à leurs besoins.
  • – Responsabilité sociétale : Faire de ses collaborateurs des Serial Learners, c’est les aider à développer leurs compétences et donc à assurer une employabilité durable.

Antoine Anglade, Directeur de la pratique RH d’Infhotec, partage un objectif auquel devrait se tenir chaque entreprise « L’objectif est d’atteindre au moins 20% de serial learners dans ses effectifs. Ainsi, l’entreprise entre dans un cercle vertueux de transformation à plus grande échelle, l’effet d’entraînement et d’exemplarité jouant à plein.« .

Comment mettre en oeuvre le Serial Learning ?

developper-serial-learning-infhotec

Le Serial Learning apparaît comme une évidence dans la mutation et les transformations des entreprises mais reste un grand défi dans sa mise en oeuvre car elle impacte l’organisation dans sa globalité. Si l’entreprise donne l’envie à ses collaborateurs d’apprendre et de monter en compétences, celle-ci doit aussi mettre les moyens pour qu’il y arrivent. Il faut voir le Serial Learning comme un dispositif de formation global, continu et pérenne.

Le Serial Learning repose sur 5 actions principales :

  • – Un leadership fort : le développement continu des compétences doit être ancré dans l’ADN et la culture de l’entreprise, supporté par les managers et leaders de l’organisation.
  • – Une synergie DRH et Métiers : il est nécessaire de repenser l’organisation de la formation entre la DRH et les métiers. La DRH doit se positionner davantage comme un promoteur des usages et des dispositifs de formation pour laisser la mise en oeuvre, l’autonomie et la proactivité aux mains des Métiers.
  • – Apprendre à apprendre : inscrit dans la culture de l’entreprise, le collaborateur doit se connaître et savoir comment il apprend. Ainsi, il pourra s’adapter plus facilement à l’entreprise et gagner en autonomie dans son propre apprentissage. C’est également à la DRH de veiller à recruter des profils avec cette compétence et qui regroupent en majorité les cinq qualités d’un Serial Learner.
  • – Orientation résultats : il est nécessaire de mettre en oeuvre un pilotage continue des compétences. « Piloter et rendre compte de sa politique formation sur le seul volet des moyens investis ne suffit plus dans une entreprise de serial learners. Ce n’est pas parce que nous dépensons des milliers de jours de formation que les collaborateurs ont effectivement développé leurs compétences, et encore moins sûrement les compétences utiles« (Infhotec). Attention tout de même, le pilotage par les jours de formation n’est pas obsolète mais il doit être complété par la mesure des compétences développées par les collaborateurs.
  • – Environnement pro-learning : il est primordial de développer un environnement de travail propice aux apprentissages tant avec un environnement informatique parfaitement intégré qu’avec un aménagement des bureaux propices aux échanges et à la concentration. Il faut digitaliser la formation, dans un objectif de blended learning répondant à plus de besoins, et aussi favoriser le « on-the-job learning ». C’est sur ce dernier terrain, le « on-the-job-training » que le Serial Learner va être le plus performant (pour rappel, dans le modèle 70/20/10 le « on-the-job training » représente les 70% d’apprentissage par la pratique et l’expérience). L’apprentissage en situation de travail permet à l’apprenant de s’approprier pleinement son métier et son environnement de travail. Suivant les besoins et les problématiques qu’il va rencontrer, il va pouvoir apprendre et monter en compétences. Intégrer, à l’aide d’un ePSS, un assistant virtuel, le dispositif de blended learning à l’environnement métier, l’environnement de travail devient critique pour proposer aux Serial Learners en devenir un environnement propice aux apprentissages.

La transformation digitale des entreprises et l’Apprenant Moderne (cf L’Apprenant Moderne par Bersin by Deloitte) se retrouvent dans un dispositif de Serial Learning. Focalisée sur l’Homme, l’entreprise gagne en efficacité et en performance dans sa globalité. Les DRH et les Métiers se doivent de parier sur leurs collaborateurs car ce sont eux qui sont les moteurs de la réussite de l’entreprise ! Et vous, quand allez-vous passer au Serial Learning ?

Sources :

Tous serial learners, dans une entreprise ouverte et apprenante par Infhotec
Les serial learners par RH Info
Comment le Serial Learning va révolutionner la formation par Demain@Infhotec

infographie-serial-learners-infhotec